Accueil  Portail  FAQ  Rechercher  S'enregistrer  Membres  Groupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Jennifer Keller's Quarters

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Jennifer Keller's Quarters   Dim 9 Mai - 13:12

    On avait toujours dit à Jennifer que la nuit portait conseil mais, peu habituée aux bras de Morphée ces derniers-temps, la doctoresse n'avait pas eu l'occasion de mettre ce dicton à l'épreuve et pourtant, le lendemain de sa petite discussion avec William, la jeune femme avait déjà les idées plus claires. Elle connaissait le pilote mieux que personne, il se jouait d'elle et Jennifer n'avait pas l'intention de répondre à ses avances qu'elle quelle soit, ils avaient eu une liaison mais, cela s'arrêtait là. La jeune femme ne voulait pas faire de nouveau partie de son tableau de chasse, ne voulait pas être une conquête en plus à son palmarès déjà qu'une bonne partie de l'infirmerie avait terminé dans son lit. Andersen était le Diable en personne, un tentateur dans toute sa splendeur qui jouait de ses atouts physique pour faire pencher la balance en sa faveur mais, Jennifer savait aussi qu'il connaissait très bien la psychologie féminine et n'en usait pas toujours à bon escient.

    En regardant son réveil, la jeune femme fut plus que surprise de constater qu'elle avait enfin dormi presque 8 heures d'affilées ce qui en somme était un vrai exploit. Le mieux dans tout ça, c'est qu'elle n'éprouvait aucune culpabilité à avoir quitté son bureau parce qu'elle avait laissé son tour de garde à une personne digne de confiance. Elle décida de ne plus penser à William, la relation qui les liait à présent était strictement professionnelle et Jennifer espérait bien réussir un jour à lui faire comprendre cela. Il n'espérait tout de même pas qu'un simple baiser volé suffirait à ce qu'elle lui tombe de nouveau dans les bras ? C'était tellement naïf de sa part ! En guise de déjeuné, la jeune femme ouvrit une brique de chocolat froid, grignota un biscuit et dégusta une pomme sur la terrasse de ses quartiers avant de filer illico-presto sous la douche, fin prête pour une journée de travail qui s'annonçait particulièrement chargée, comme toujours depuis que l'I.O.A avait investi les lieux.

    Elle resta un long moment sous le jet d'eau chaude, plus qu'il ne le fallait mais, cela lui fit un bien fou, Jennifer était maintenant requinquée. Elle enroula une serviette autour de sa tête pour éponger ses cheveux, se sécha, s'habilla en vitesse et se brossa les dents, le train-train quotidien. En se regardant dans la glace, la doctoresse esquissa un sourire, satisfaite de ne plus voir les cernes qui soulignaient ses yeux bleus exagérément et de retrouver son teint de pèche. La jeune femme pencha la tête en avant, déroula la serviette et ébouriffa ses cheveux pour les essuyer mais, s'arrêta soudainement après avoir entendu la sonnerie de ses quartiers.

    Qui pouvait bien venir à une heure pareille ? Sa radio était pourtant allumée ce n'était donc pas une urgence médicale... Il ne restait donc plus qu'une seule personne ; William Andersen. Jennifer soupira, brossa ses cheveux en vitesse qui dégoulinaient encore sur sa peau étant donné qu'elle n'avait pas eu le temps de les sécher et passa la main devant le capteur permettant l'ouverture des portes.


    « Ah... C'est toi. »

    En observant le Major, la jeune femme croisa les bras et le détailla d'un regard sévère avant d'hausser les sourcils pour lui demander de manière implicite ce qu'il venait faire ici bien qu'elle en avait déjà une petite idée... Jennifer connaissait très bien ses techniques pour les avoir longtemps contré en le repoussant, elle n'avait pas l'intention de se faire avoir cette fois-ci. D'un mouvement de tête, la doctoresse désigna la cuisse.

    « C'est à propos des points de suture ? » dit-elle d'un ton sérieux pour lui faire comprendre que c'était la seule raison valable pour laquelle Jennifer était prête à l'écouter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

William F. Andersen

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2010

¤ Your Character ¤
Age: 32 ans.
Compétences: Major ; Pilote.
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Dim 9 Mai - 14:14

3:00 du matin... Le major Andersen avait les yeux grands ouverts ; le sommeil le fuyait. Morphée ne voulait guère de lui visiblement, à moins que cela soit le contraire. Le garçon avait besoin d'éclaircir certains points concernant Jennifer Keller. Sa rencontre inattendue le laissait dubitatif. Il avait suffit d'un regard et d'un sourire et Will était désorienté. Les deux jeunes gens s'évitaient soigneusement depuis leur rupture. Le pilote se redressa, encore trop vite et cela le fit souffrir.

Spoiler:
 


Il se leva tant bien que mal et se dirigea vers la cuisine. Celle-ci était de type américaine ; grande et ouverte. Le garçon se plaça derrière le comptoir et se servit de l'eau fraiche. Il posa le verre vide dans le lave-vaisselle et entra dans sa salle de bain. William ouvrit le robinet et se passa de l'eau froide sur son visage. Des fines gouttes perlaient à son visage et sur quelques mèches de cheveux. Le pilote passa une main rapide dans sa chevelure et revint dans sa chambre. Le jeune homme s'assit en faisait attention de ne pas faire sauter les points de suture. Il resta de longues minutes dans cette position. William savait pertinemment qu'il ne pourrait exprimer à nouveau des sentiments amoureux envers quelqu'un, mais ceux déjà ressentis pour le docteur Keller revenaient le hanter. Regrets, nostalgies peut-être. Le pilote n'en avait pas voulu à Jenny d'être si attaché à son travail ; il comprenait que cela avait une place importante dans sa vie. De plus, son métier n'est guère facile à gérer, et Will en avait beaucoup parlé avec la doctoresse. Il repensa au doux baiser volé de la veille. Quel contraste avec celui échangé lors de leur rupture, mêlant passion et souffrance à la fois. Le major ne regrettait aucunement son geste, mais réfléchir avant aurait été plus acceptable. William avait cédé une pulsion, pulsion qui le tenait depuis que la jeune femme était entrée dans la pièce. Et il savait également qu'elle avait voulu et apprécié ce baiser. Le militaire se recoucha et ses yeux verts errèrent sur le plafond.

Vers onze heures, William se leva une nouvelle fois. Il avait réussi à dormir quelques heures, et cela lui suffisait. Militaire, ça ne se refait pas. Lorsqu'il était tout jeune officier, le garçon avait du parfois se lever à des heures improbables de la nuit pour telle affaire et depuis Will avait gardé ce train de vie. A moitié réveillé, le pilote prit une rapide douche. Il en sortit et enroula une serviette autour de la taille, tel qu'il en avait l'habitude sur Terre.
Spoiler:
 

Puisqu'il n'était pas en service aujourd'hui, le major attrapa un jean, un t-shirt bleu nuit et une chemise bleue claire. Au même moment, ses points de sutures éclataient. *OH MY FUCKING GOD* William prit une serviette qu'il mit sur sa blessure ouverte et quitta ses quartiers ainsi. Il avait eu à peine le temps d'enfiler son jean et un Marcel noir, et il tenait sa chemise de sa main libre. Le garçon arriva à l'infirmerie espérant y trouver Jennifer. Mais ce fut une autre dame qui le prit en charge.


Spoiler:
 
Cette femme était des plus insupportables ; elle n'arrêtait pas de parler. Son sang froid l'ayant lâchement abandonné, Will partit avec la moitié de sa plaie recousue vers les quartiers du docteur Keller. Quelques minutes plus tard, il frappait et Jenny lui ouvrait. Un regard froid l'accueillit mais cela ne dérangea pas le pilote. Il la dévisagea un instant, appréciant les fines gouttes s'écoulant de ses cheveux sur ses épaules. Il répondit :

Exactement.

Il enleva le bout de chiffon qu'il avait replacé sur sa blessure pour lui montrer l'étendue des dégâts à sa compagne. Puisque la jeune femme restait silencieuse, il fit :

Hm, je pensais que tu avais prêté serment d'Hippocrate et ainsi sauver les âmes en détresse... Sourire ravageur. C'est mon cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Dim 9 Mai - 15:35

    A présent face à lui, les bras toujours croisés sur sa poitrine en guise de protection, Jennifer observait toujours William de son regard sévère même si elle savait que cela n'était pas assez suffisant pour faire fuir son prétendant qui était du genre têtu et persévérant mais, qu'à cela ne tienne ; la doctoresse n'en démordrait pas. Elle qui était toujours aimable et souriante avec ses patient ne l'était pas toujours avec le Major Andersen pour une seule raison ; elle ne voulait pas qu'il crie victoire trop rapidement sous prétexte qu'il avait profité d'un moment de faiblesse pour lui voler un baiser. Bien entendu, Jennifer avait apprécié, cela faisait longtemps qu'on ne lui avait pas accordé une attention toute particulière comme celle-ci et son soupir de bien-être en avait été la preuve irréfutable mais, elle avait profité d'une bonne nuit de sommeil pour réfléchir à tête reposée et elle en avait tiré la conclusion que c'était de l'histoire ancienne, qu'elle devait tourner la page pour éviter de souffrir ou de le faire souffrir en débutant une relation que Jennifer jugeait sans avenir, enfin, peut-être qu'elle se trompait mais, pour le moment, une histoire d'amour ou une histoire d'une nuit n'étaient pas envisageables.

    Alors qu'il la dévisageait, Jennifer le défia du regard sans détourner le regard contrairement à la veille. Cette fois-ci, en plus d'avoir grappillé quelques heures de sommeil, la doctoresse avait également recouvré ses esprits. Son T-Shirt sans manches laissait entrevoir sa musculature parfaite et la jeune femme dû faire un effort monumental pour ne pas dévier sur cette partie de son corps. A la place, elle baissa immédiatement les yeux sur la blessure que William était venu lui montrer, toujours les bras croisés sur sa poitrine, ne laissant filtrer aucune autre émotion que l'exaspération qui se lisait très bien dans son regard bleu.


    Citation :
    Hm, je pensais que tu avais prêté serment d'Hippocrate et ainsi sauver les âmes en détresse... C'est mon cas.


    « Oooh, ça me fend le cœur. » ironisa t-elle en lui adressant un faux sourire de compassion.

    « Pour ta gouverne, il y a d'autres personnes qui ont prêté le serment d'Hippocrate à l'infirmerie, je ne suis pas la seule à avoir un doctorat et, vois-tu, pour le moment, je ne suis pas de garde. Au cas où tu ne te souviendrais plus du chemin, c'est au bout du couloir, troisième porte à droite. See ya. »

    C'était en quelque sorte un « va voir ailleurs si j'y suis » dit de manière moins tranchante, moins blessante mais, qui aurait -elle l'espérait- l'effet escompté. Afin de repousser son assaut une fois pour toute, elle passa une nouvelle fois la main devant le capteur et lui adressa un signe de la main tandis que les portes se refermaient doucement. Une fois celles-ci closes, elle poussa un soupir de soulagement et y resta adossé, retenant sa respiration un moment pour tenter de capter un son provenant de l'extérieur indiquant que William rendait les armes. Si elle avait bien appris une chose de sa relation avec le Major c'est qu'il ne s'avouait jamais vaincu ! Bien sûr, le laisser repartir blessé n'était pas une idée qui l'enchantait mais, Jennifer ne pouvait rien faire parce qu'elle n'avait pas le matériel adéquat dans ses quartiers.

    Jennifer n'était plus telle que les patients la connaissait avec William, il avait toujours eu le don de la faire sortir de ses gonds, de faire ressortir son côté joueur qui était pourtant profondément enfouit en elle mais, elle savait que s'il venait la trouver dans ses quartiers cela n'était pas un hasard... Il attendait quelque chose, quelque chose qu'elle n'était pas prête de lui accorder.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

William F. Andersen

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2010

¤ Your Character ¤
Age: 32 ans.
Compétences: Major ; Pilote.
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Dim 9 Mai - 17:07

William s'adossa contre le mur et se passa la main dans les cheveux rapidement. Son sourire s'élargit à la réponse de sa compagne. Quelle ironie, et le pire, c'est qu'il adorait cela. Les gens trop gentils, cela le dérangeait au plus au point. Il faut croire que son cynisme avait déteint sur Jennifer, enfin, il n'avait fait que ressortir son côté critique. Bien entendu, la raison officielle de sa visite était son incapacité à supporter cette femme et donc il fallait bien quelqu'un pour le soigner. Et puisque c'était le Docteur Keller qui s'était occupé du major la veille... La raison officieuse, c'était le baiser échangé la veille. Et Jenny lui avait clairement dit que Will lui manquait. Mais visiblement, ce n'était qu'une conséquence de sa fatigue vu la façon dont elle regardait le pilote à présent.

William avait l'intention de passer du temps avec la doctoresse. Oui, il voulait lui faire l'amour. Sentir son doux parfum de lavande à la sortie de la douche, essuyait ses gouttes perlant sur sa peau une par une, et lui dire combien la jeune femme est belle. Will souhaitait être à ses côtés, lui faire oublier son train-train quotidien, et la faire rire. Le major la savait débordée. Ce n'était pas une vie. Le garçon ne pouvait se défaire de cette affection et de cette attirance.

Citation :
Pour ta gouverne, il y a d'autres
personnes qui ont prêté le serment d'Hippocrate à l'infirmerie, je ne
suis pas la seule à avoir un doctorat et, vois-tu, pour le moment, je
ne suis pas de garde. Au cas où tu ne te souviendrais plus du chemin,
c'est au bout du couloir, troisième porte à droite. See ya.


Mouè, hippocrate hippocrate, c'est plutôt hypocrite. William pouvait lire en Jennifer comme dans un livre ouvert. Même si parfois, la jeune femme masquait si bien ses émotions que le pilote ne savait que penser. Le major savait que Jennifer avait autant envie de lui qu'il avait envie d'elle. Pourtant elle se bornait à l'ignorer. Pour cette fois, Jennifer pouvait rester tranquille, William retournerait à l'infirmerie. Un sourire amusé aux lèvres, il la regarda fermer la porte et lui faire un signe de la main. Will se mordit la lèvre inférieure et rebroussa chemin. Le pilote évita l'horrible infirmière et fut soigné par un de ses amis médecins. Le docteur Oliver lui demanda ce qu'il lui était arrivé et William lui répondit qu'un combat en salle d'entraînement avait mal tourné. Puis il retourna dans ses quartiers. Dans le chemin du retour, il se rentra quelqu'un... William releva la tête et Jennifer était au sol. Il lui tendit sa main et fit :


Tu vois, tu es condamné à me voir... Vaut mieux que cela se fasse dans de meilleurs conditions...
Une petite flamma dansait dans ses yeux...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Dim 9 Mai - 18:06

    Toujours adossée contre le mur, Jennifer avait poussé un soupir de soulagement suivit d'un petit sourire, elle était visiblement très fière de sa petite tirade qui avait eu le mérite de faire fuir William mais, quelque part, la doctoresse savait très bien que ce répit ne serait de courte durée et que le pilote reviendrait à la charge tôt ou tard. C'était un éternel insatisfait et il ne pouvait pas lâcher prise tant qu'il n'avait pas obtenu ce qu'il voulait que ce soit d'une femme ou de quelqu'un d'autre, c'était du William tout craché mais, Jennifer savait aussi qu'il ne se gênait pas pour assouvir ses désirs sexuels avec d'autres femmes du personnel de la Cité. Ce n'était pas la première fois qu'elle l'avait aperçu aux bras d'une autre et curieusement, cela ne lui avait fait ni chaud, ni froid parce qu'ils n'étaient plus ensemble mais, le voir revenir à la charge après leur rupture lui avait donné matière à réflexion.

    Maintenant qu'il était partie se faire soigner à l'infirmerie par un ou une autre, la jeune femme prit tout son temps pour se sécher les cheveux correctement, leur donnant une tenue qu'ils n'avaient plus eu depuis longtemps. Jennifer songea déjà à se les faire couper pour être moins embêtée mais, cela n'aurait pas servi à grand chose étant donné qu'elle les attachait toujours lorsqu'elle travaillait pour ne pas être dérangée par quelques mèches de cheveux devant les yeux.

    Ce fut la première fois qu'elle traîna dans ses quartiers, elle ne voulait pas se pointer à l'infirmerie croiser William même si rester cloîtrée en attendant que le méchant loup s'en aille chasser d'autres agneaux n'était pas une solution. La Cité avait beau être très vaste, Jennifer ne pourrait pas passer son temps à l'éviter et par chance, elle savait que l'infirmerie était -comme pour n'importe quel militaire- un endroit qu'ils fuyaient souvent comme la peste.

    Jennifer en profita pour aller faire un tour au Mess et emporter un sandwich, une bouteille d'eau, un brownie -son péché mignon- et une pomme en cas de petit creux pour éviter de sauter à nouveau un repas en prétextant ne pas avoir eu le temps de faire un détour par la cantine du personnel mais, aussi parce qu'elle éviterait une fois de plus de croiser William ou de lui couper l'herbe sous les pieds si jamais ce dernier se ramenait avec un déjeuné improvisé dans son bureau comme il le faisait souvent lorsqu'ils étaient ensemble. La jeune femme plaça le tout dans un sachet et s'apprêta enfin à regagner l'infirmerie pour une nouvelle journée de dur labeur mais, au tournant d'un couloir, elle percuta quelqu'un, perdit l'équilibre et tomba mollement sur ses fesses. Jennifer n'eut pas besoin de lever la tête pour voir de qui il s'agissait, une voix familière s'éleva pour la seconde fois de la journée et le sang de la doctoresse se figea un instant.


    Citation :
    Tu vois, tu es condamnée à me voir... Vaut mieux que cela se fasse dans de meilleures conditions...

    La jeune femme ignora soigneusement la main qu'il lui tendait pour se remettre sur ses deux jambes toute seule, en profitant pour ramasser et rattraper la pomme qui avait roulé aux pieds de William. Jennifer se tint alors droite en affichant un regard impénétrable et le fixa sans ciller.

    « Pauvre de moi. C'est bien gentil de t'en soucier maintenant mais, je vois clair dans ton jeu, je sais très bien où tu veux en venir, William, je te connais, je sais ce que tu veux mais, ne t'attends pas à un débordement d'affection de ma part. Je te vois comme un ennemi, tu t'attires les bonnes faveurs des infirmières qui sont sous mes ordres et elles ne sont plus capables de faire leur travail correctement après les ruptures, tu te soucies peu de réparer les pots cassés et ce n'est pas toi qui soignes les cœurs brisés mais, plutôt les psychologues et il y en a un bon nombre en thérapie par ta faute. Je ne veux pas être l'une d'entre elles, je ne suis pas naïve. Nous deux c'était il y a longtemps, on s'était mis d'accord alors pourquoi est-ce que tu reviens me tourner autour ? Tu as déjà butiner toutes les jolies fleurs ? » lança t-elle avec une pointe de sarcasme.

    « Dire que tu as profité d'un instant de faiblesse pour m'embrasser... Ça ne se reproduira plus, tu peux en être certain. On avait dit relation médecin/patient, je veux que l'on s'y tienne. »

    Elle avait dit cela d'un ton parfaitement calme et détaché, nullement agressif parce que ce n'était pas son genre et Jennifer était désolée d'en arriver à de telles extrémités pour le repousser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

William F. Andersen

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2010

¤ Your Character ¤
Age: 32 ans.
Compétences: Major ; Pilote.
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Dim 9 Mai - 18:41

Le major resta silencieux de longues minutes. Jennifer n'avait rien compris. Elle avait vu clairement ses intentions mais les avait mal interprétées. Le regard du garçon se voila et son sourire disparût. Will n'aurait pas du chercher à revoir la doctoresse, mais il n'était pas du genre en enfouir ses sentiments, ce qui était le cas de la jeune femme. Cette dernière ne mâchait pas ses mots et le pilote fut déçut d'entendre ce qu'elle pensait de lui. Il s'approcha très près d'elle, ses yeux froids comme l'acier rivés sur les yeux et il lâcha entre ses dents :

Alors c'est l'opinion que tu as de moi ?... Il se sentait insulté par cette femme trop importante, visiblement, pour lui. D'ordinaire, il se fiche de ce que peuvent bien penser les autres femmes, mais il n'attendait pas cela de Jennifer. Il refoula la colère qu'il sentait monté en lui et ajouta :
Oui, j'aime les femmes. Mais sache que, je les avertis à chaque fois que je ne recherche rien de sérieux.
* Il faut croire que la seule fois où cela l'a été m'a suffit *... Elles sont sincèrement aimées, pendant un temps infime c'est vrai, mais je les respecte plus que ne ferait une homme en cinq ans ou dix. Je ne suis pas la cause de leurs pleurs, et il est trop facile de me jeter la pierre...

Ses yeux pénétrants se baissèrent jusqu'à la bouche de la doctoresse, mais cette fois-ci, il ne fit rien qui put dégouter ou indigner Jenny. Il la contourna et continua d'un pas plutôt vif malgré sa blessure son chemin. Il arriva dans ses quartiers et un vase de Chine vint se briser contre le mur. William faisait ressortir la rage refoulée tout au long de leur entretien. Il avait besoin d'une douche froide. Sans même enlever ses vêtements, il y entra et un mince filet d'eau glaciale coula sur ses cheveux, son front, ses lèvres. Il resta longtemps ainsi, adossé au mur de la douche, jusqu'à que des frissons le prirent. Il retira ses vêtements mouillés qui lui collaient comme une deuxième peau et enfila un treillis et un pull noir. Will sortit deux bouteilles de whisky et un pack de bière. Le pilote s'installa sur son fauteuil et il commença à se saouler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Dim 9 Mai - 19:26

    En effet, Jennifer n'y avait pas été de main de morte avec William et ne se doutait pas qu'il réagirait ainsi parce que ce n'était pas la première fois qu'ils échangeaient de telles paroles mais, c'était bien la première fois que la jeune femme était aussi blessante. Comment était-elle en train de devenir ? Elle cherchait à se protéger, tout simplement, c'était vrai que leur relation avait été idyllique pendant près de deux ans mais, le pilote était issu d'un monde différent du sien. Jennifer ne savait pas quel citation ayant pour thème l'alchimie de deux personnes elle devait croire : « Les contraires s'attirent » ou « Qui se ressemble s'assemble » ? La doctoresse avait pensé ou plutôt espéré qu'une bonne nuit de sommeil l'aiderait à remettre ses idées en place mais, bien qu'elle était plus lucide concernant ses sentiments pour William, ses réactions étaient vraiment trop brutales. C'est en voyant son regard changer et son sourire disparaître que Jennifer comprit qu'elle l'avait blessé mais, il était possible que tout ceci n'était qu'une interprétation pour inciter la doctoresse à s'excuser de ses propos et se faire pardonner. Le pilote en profiterait sûrement pour user de ses charmes et la faire fondre une fois encore... Non, ce n'était pas du cinéma, la jeune femme se gratta nerveusement le cuir chevelu puis, la tempe et s'apprêta à s'excuser mais, William répliqua froidement et le voir ainsi lui donnait froid dans le dos.

    Jennifer ne l'avait jamais connu aussi en colère, il ne l'avait jamais été avec elle sauf peut-être une petite dispute lors de la rupture qui s'était soldée par un long baiser que la jeune femme n'était pas prête d'oublier. William avait su lui communiquer sa passion et sa déception de devoir mettre un terme à leur relation pour motif professionnel, ce n'était pas une vie mais, Jennifer aimait cette vie quitte à s'oublier.


    Citation :
    Alors c'est l'opinion que tu as de moi ?

    « C'est l'opinion que tu donnes de toi, tu es un homme à femmes. »

    Il ne pouvait le nier, William avait sa réputation au sein de la Cité et cela semblait l'amuser de temps en temps. Le pilote lui avait toujours dit qu'il se souciait peu de ce que les autres pensaient de lui mais, visiblement, il prenait beaucoup d'importance à l'image que Jennifer se faisait de lui.

    Citation :
    Oui, j'aime les femmes. Mais sache que, je les avertis à chaque fois que je ne recherche rien de sérieux... Elles sont sincèrement aimées, pendant un temps infime c'est vrai, mais je les respecte plus que ne ferait une homme en cinq ans ou dix. Je ne suis pas la cause de leurs pleurs, et il est trop facile de me jeter la pierre...

    Jennifer poussa un soupir indigné en affichant une mine outrée, comment pouvait-elle tomber dans le piège si elle savait que William ne voulait rien de sérieux ? Ceci dit, la doctoresse ne préférait rien dire... Lui qui disait connaître la psychologie des femmes, toutes ne basaient pas leur espérance uniquement dans une relation sans lendemain, elles espéraient sans doute être assez bien pour retenir William assez longtemps et se l'accaparer. Ces femmes s'offraient corps et âme en échange d'un peu d'attention et d'amour, elle trouvait ça à la fois répugnant et compréhensible ; s'en était même déroutant voire même triste. Jennifer baissa les yeux, laissant le pilote la contourner et s'enfuir dans ses quartiers...

    Elle s'apprêtait à le rattraper lorsque sa radio la coupa dans son élan, lui arrachant un sursaut, on avait besoin d'elle, Jennifer répondit qu'elle arrivait immédiatement et gagna rapidement l'infirmerie. Elle passa près de 3 heures au bloc opératoire à soigner un militaire revenant de mission dont la blessure était douteuse, Jennifer soupçonnait le civil qui l'accompagnait d'avoir inventé une histoire de toute pièce mais, elle parvint tout de même à le sauver bien que tout n'était pas encore gagné ; le patient était dans un coma artificiel dû à la gravité des blessures. Il n'avait plus rien d'autre à faire mis à part attendre qu'il se réveille. Elle s'accorda une petite pause et déjeuna mes ses pensées étaient tournées vers William, Jennifer avait cru entendre un bruit de verre brisé en passant près de ses quartiers et n'avait pas vraiment l'esprit tranquille. C'est au bout de quelques minutes qu'elle se décida d'aller y jeter un œil, elle informa son subalterne de son absence momentanée et fila vers les quartiers du Major Andersen.

    Jennifer observa longuement le boîtier, la main levée, elle hésitait... La jeune femme poussa un long soupir pour se donner du courage et passa sa main, elle entendit la sonnerie retentir à l'intérieur des quartiers du jeune homme et cru entendre un mouvement.


    « Major Andersen, c'est le Docteur Keller, ouvrez. »

    A cette heure, il y avait pas mal de mouvement dans les couloirs, c'était donc pourquoi elle venait de le vouvoyer. Elle tenait une trousse médicale sous le bras contenant de quoi refaire le pansement de William. Tant pis, elle jouerait les médecins à domicile cette fois-ci. La jeune femme était cependant loin de se douter qu'il avait désinfecté sa plaie lui-même à grand renfort de bière et Jennifer n'aimait pas vraiment son penchant pour l'alcool et la marijuana.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

William F. Andersen

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2010

¤ Your Character ¤
Age: 32 ans.
Compétences: Major ; Pilote.
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Dim 9 Mai - 20:01

William était toujours confortablement installé sur le fauteuil en cuir, une bière à la main. Les bouteilles de whisky avaient été rangées dans le frigo. Le major avait vite rejeté l'idée de finir ivre. Il n'était pas comme ces hommes qui noyaient leurs chagrins dans l'alcool. C'était de la lâcheté. Le garçon était donc pleinement conscient de ses actes. Un des points de suture avait une nouvelle fois lâché et Will avait versé le liquide de la bouteille de bière sur la plaie. Le garçon avait serré les dents mais dans cette douleur il avait trouvé un peu de réconfort. Le major avait également allumé la chaine hifi et on pouvait entendre les guitares grinçantes de Métallica dans tout l'appartement.
Le militaire se leva et faisant mine que sa jambe était une guitare, il entama le début de fuel :

Give me fuel,
Give me fire,
Give me that which I
desire,

Ooh!

Yeah!
Turn on, I see red
Adrenaline
crash and crack my head

Nitro junkie, paint me dead
And I see
red


One hundred plus through black and white
War horse,
warhead

Fuck 'em man, white knuckle tight
Through black and
white


Ooh, I burn,
Fuel is pumping engines,
Burning hard, loose and
clean


And I burn,
Churning my direction,
Quench my thirst with
gasoline


Puis le garçon s'était fait un bandage improvisé autour de sa cuisse pour couvrir la plaie car le sang s'écoulait en grande quantité. Le major avait baissé le volume la chaîne et avait commencé une partie de call of duty sur sa XBOX. C'était l'un des jeux vidéos préférés du garçon et il ne se lassait jamais d'y jouer. Combien de fois avait-il exaspéré Jennifer en restant de longues heures devant la télévision ? William avait choisi son arme de prédilection ; le sniper. Il était en passe de gagner quand le voix du Docteur Keller résonna. Le garçon mit le jeu en pause, se leva et ouvrit.

Bon, j'espère que tu as une bonne raison car j'étais en train de tuer le méchant soviétique là... Et si c'est pour me rappeler que je suis un sale goujat, tu peux retourner à l'infirmerie... tu sais, tu prends le couloir, tu continues et tout de suite à ta droite...


Will se fichait qu'on l'entende ou non. En locurrence, personne n'entendit sa tirade car le bruit de la musique masquait sa voix, excepté à Jennifer qui comprit mot pour mot ce que dit le pilote. Il la regadait d'un air indifférent et ses yeux exprimaient de la neutralité. Quelque contraste avec leur derniere entrevue. Mais il avait su se calmer, après avoir exploser deux/trois objets fragiles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Dim 9 Mai - 22:34

    D'un naturel curieux, Jennifer avait posé sa tête sur la porte dans l'espoir de capter le moindre son indiquant la présence de William dans ses quartiers après s'être assurée au préalable qu'il n'y avait personne aux alentours. Ce qu'elle entendait parfaitement bien, en revanche, c'était l'une des chansons préférées du pilote, fan du groupe Metallica. Il devait sans doute être en train de jouer à la Xbox, le Major avait toujours adorait les jeux vidéos, il était vrai que Jennifer avait plusieurs fois râlé lorsqu'ils étaient ensemble se sentant un peu délaissée pour un joystick mais, la jeune femme savait que cela lui faisait le plus grand bien, ça le détendait et William savait très bien se faire pardonner.

    Captant des bruits de pas s'approchant de la porte, Jennifer décolla bien vite l'oreille de la porte pour prendre une posture un peu plus adaptée. Après ce qu'elle lui avait dit, la jeune femme ne fut pas vraiment étonnée de le voir aussi indifférent et neutre à ses propos alors que quelques heures auparavant, son regard n'était pas dépourvu de cette petite lueur taquine qu'on lui connaissait si bien. La doctoresse se mit à déglutir, s'attendant à une réplique cinglante qu'elle accepterait probablement sans broncher parce qu'elle avait tord même si une partie d'elle souhaitait vraiment que William passe à autre chose.


    Citation :
    Bon, j'espère que tu as une bonne raison car j'étais en train de tuer le méchant soviétique là... Et si c'est pour me rappeler que je suis un sale goujat, tu peux retourner à l'infirmerie... tu sais, tu prends le couloir, tu continues et tout de suite à ta droite...

    Jennifer afficha un petit sourire, elle l'avait bien mérité mais, garda tout de même la tête froide.

    « Je ne m'y connais pas en jeux vidéos mais, je sais tout de même qu'il y a le mode pause. En fait, si je suis là c'est pour te présenter des excuses, je n'aurais pas dû te dire ça tout à l'heure parce que tu partais d'une bonne intention, je t'ai blessé et j'en suis navrée... Sincèrement mais, avec tout ce qui se passe ici, je suis devenue un peu méfiante. » dit-elle en ponctuant ses excuses d'un petit mouvement de tête avant de lever la main qui contenant un kit de premiers soins.

    « Comme tu n'es pas venue à l'infirmerie pour désinfecter ta plaie, j'ai pensé que je pourrais profiter de ma pause pour le faire, si tu es d'accord. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

William F. Andersen

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2010

¤ Your Character ¤
Age: 32 ans.
Compétences: Major ; Pilote.
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Lun 10 Mai - 20:17

William croisa ses bras sur sa poitrine et la regarda quelques minutes. Si sa plaie n'était pas soignée, il risquait une infection. Il sembla réfléchir un instant, puis il poussa la porte du bout du pied et s'écarta pour laisser entrer Jennifer. Le major referma la porte et ouvrit les volets qu'il avait fermé pour que la lumière du jour ne le dérange pas durant sa partie. Will laissa une fenêtre entrouverte pour aérer la grande pièce où les deux jeunes gens se trouvaient puis il se tourna vers la doctoresse et tranquillement, enleva son pantalon qui tomba à terre. Heureusement - ou malheureusement - pour Jennifer, le major avait enfilé un caleçon, ce qui était plus rare lorsque le garçon était dans ses quartiers. D'ailleurs, la majeure partie du temps qu'il y passait, c'était souvent dénudé, un pantalon en toile sur lui grand maximum. Mais si William n'aurait eu rien sur lui, cela ne l'aurait pas dérangé non plus. Jenny et le major avait vécu assez longtemps ensemble pour rougir devant la nudité de l'autre. Cela avait été plutôt le contraire.

Le garçons reprit place sur son fauteuil, laissant Jennifer faire de même. William reprit sa manette et la partie reprit place, là où il l'avait laissée. Tout en jouant, il lui fit :


Tu sais, tu n'es pas obligé de venir me soigner... J'allais tôt au tard me rendre à l'infirmerie. Et ne t'en fais pas pour mon alter égo, il s'en remettra,
ajouta William, un sourire aux bords des lèvres. Mais j'ai quelques idées pour te faire pardonner qui...

Le jeune homme croisa le regard de sa compagne et n'acheva pas sa phrase. C'était une façon de lui faire comprendre qu'il ne lui en voulait pas, mais de la manière dont ses yeux pétillaient, il pensait chaque mot prononcé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Mar 11 Mai - 11:48

    En effet, Jennifer n'était pas vraiment gênée de le voir si peu vêtu, ce n'était pas la première fois et surtout, dans son métier elle en avait l'habitude mais, ne s'attarda pas sur le corps de William. Il semblait lui pardonné mais, pas assez pour lui sourire de nouveau et la jeune femme entra donc dans les quartiers du pilote pour procéder rapidement aux soins qui lui étaient nécessaires. Oui, elle n'avait pas l'intention de s'attarder sur son cas, pour une fois qu'elle avait une pause il fallait qu'elle joue les médecins à domicile pour se faire pardonner. La jeune femme enfila une paire de gants et observa la plaie en fronçant les sourcils, poussant un soupir de lassitude. Visiblement, William avait trouvé judicieux de désinfecter sa plaie à la bière, comme la doctoresse l'avait prédit mais, ne fut aucun commentaire.

    Citation :
    Tu sais, tu n'es pas obligé de venir me soigner... J'allais tôt au tard me rendre à l'infirmerie. Et ne t'en fais pas pour mon alter égo, il s'en remettra

    « Qu’est-ce que tu préfères ? Un médecin qui te tient la main en te laissant mourir ou un médecin qui t'ignores en te guérissant ? Évidemment le pire de tout ce serait un médecin qui t'ignores en te laissant mourir … »

    C'était certes un peu exagéré mais, c'était une manière pour lui faire comprendre qu'elle ne faisait que son travail et que William n'avait pas le droit à un traitement de faveur particulier. Sachant très bien qu'il allait sûrement répliqué, la jeune femme le fusilla du regard pour l'en dissuader et termina rapidement de soigner sa blessure pour pouvoir retourner à l'infirmerie au plus vite.

    Citation :
    Mais j'ai quelques idées pour te faire pardonner qui...


    « Ne compte pas là-dessus. » trancha Jennifer d'un ton sec.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

William F. Andersen

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2010

¤ Your Character ¤
Age: 32 ans.
Compétences: Major ; Pilote.
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Mer 12 Mai - 20:05

Citation :
Qu’est-ce que tu préfères ? Un médecin qui te tient la main en te laissant mourir ou un médecin qui t'ignores en te guérissant ? Évidemment le pire de tout ce serait un médecin qui t'ignores en te laissant mourir …

*Ce que je préfère ? Une amie qui me tient la main... Will, enfin, une amie ! Jennifer, elle ne pourra jamais être ton amie. Et quand bien même, cette amitié serait si fausse qu'elle ne serait que le fruit de sentiments enfouis... Tu ne l'as jamais oublié, hein ? Malgré tes dires et tes parades. Combien de fois as-tu voulu prononcer son nom alors que tu trouvais en compagnie d'une autre femme ? Tu sais ce que tu es ? Un lâche.*

Hm, tu sais, les médecins... Il n'y a personne pour les sauver, et c'est cela le réel problème avec eux. Et puis certains sont si arrogants avec leur bac + 47 et leur immense savoir-faire... Et puis, je ne suis pas au stade de la mort, même si certains auraient beaucoup aimé cela.

Le major faisait bien sûr allusion aux membres de l'IOA. Ces derniers se faisaient de plus en plus rares ces temps-ci, et cela ne présageait rien de bon. Quoique l'on puisse penser ou espérer, ils sont toujours là, nous guettant et nous espionnant. Et pour cela, William devait être au sommet de sa force et non cloîtré sur son canapé à cause d'un bout de bois. Mais le garçon était assez satisfait de lui. Il avait pêché un gros poisson des jerks il y a quelques jours de cela. Morgan Sullivan, rien que cela. L'ancien membre du KGB. Il avait quelques projets pour elle.

William reporta son attention sur sa compagne. Ses cheveux étaient relevés en un chignon, laissant apparaître sa nuque délicate. Will s'y attarda un instant. Bien qu'il aimait également quand la jeune femme avait les cheveux défaits, surtout au sortie du lit. Ses yeux se posèrent sur son coup fin, puis son petit menton, ses pommettes hautes, son nez fin et ses yeux si envoutants. Ces deniers étaient rivés sur la blessure du major. Le médecin avait bientôt fini, et le militaire suivit ses derniers gestes.


Je me blesserais tous les jours si c'est pour te voir si près de moi
, lacha le jeune homme. Sa parole avait trahi sa pensée. Il regrettait de l'avoir dit tout haut, car il cragnait d'offusquer Jennifer, mais chaque mot dis était pensé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Jeu 13 Mai - 20:55

    Jennifer n'était pas vraiment d'accord avec William, tous les médecins n'étaient pas vraiment du genre à mettre étaler leur culture comme on étale de la confiture mais, les militaires avaient toujours eu ce genre de préjugés envers les médecins, deux métiers totalement différents, ils n'étaient pas vraiment fait pour s'entendre et pourtant, le fait de vivre sur une Galaxie très très lointaine aidait à voir les personnes que l'on côtoie différemment.

    « Tu sais très bien que les médecins ne sont pas tous prétentieux. »

    *Contrairement à certains militaires.*

    Elle ne le comprenait pas ou plutôt, elle ne le comprenait plus... Comment se faisait-il qu'après s'être quittés d'un commun accord William revenait à la charge quelques années plus tard comme si de rien n'était ? Avait-il épuisé toutes les jeunes femmes de la Cité -enfin, presque toutes parce que certaines n'avaient pas succombé à ses charmes, comme Mackenzie par exemple- alors Jennifer faisait office de dernier recours ? Le dernier joker de Qui veut gagner des millions ? Le vieux pull que la vieille chemise que l'on ressort quand on en a besoin ? Quelque chose le démangeait mais, ce n'était pas avec la doctoresse qu'il pourrait se gratter, hors de question ! Une fois de plus, la jeune femme sentit le regard pesant et inquisiteur de William se poser sur elle mais, Jennifer fut mine de l'ignorer, elle était bien décidée à ne pas se laisser intimider contrairement à la veille.

    Citation :
    Je me blesserais tous les jours si c'est pour te voir si près de moi

    « Tu fais bien de prévenir, figures-toi que j'ai des congés à prendre. » dit-elle avec un petit sourire malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

William F. Andersen

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2010

¤ Your Character ¤
Age: 32 ans.
Compétences: Major ; Pilote.
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Jeu 13 Mai - 23:20

*Ahh ma chère Jennifer, ne vois-tu rien ? Ne vois-tu pas qu'une part de moi te désire encore, t'adore et te chérie ? Ne vois-tu pas que je veux être là, pour toi ? T'offrant ma tendresse et mon affection ? Es-tu donc à ce point aveugle ? Ma chérie, je t'aime et je t'adore, et toi ? Je n'ai que mépris et des refus. Que c'est-il passé depuis notre rupture ? Ton cœur est-il devenu aussi froid et dur que mon désir est violent et aiguë ?*

La doctoresse se méfiait de lui, cela était bien clair. Elle semblait se protéger. De William ? Jamais il n'avait voulu être aussi protecteur envers quelqu'un. Will repensa à ses paroles prononcées quelques heures plus tôt au détour d'un couloir. La jeune femme le prenait-elle pour un salaud ? Un être sans scrupules et morales ? William remarquait combien ils s'étaient éloignés l'un de l'autre. Mais après tout, cela avait été le but. Peut-être une décision que le pilote aurait à regretter, et cela était bien rare quand le garçon était pris de remords.

Le jeune homme était tourmenté. Par une femme. Et cela, il ne le supportait pas. Pas une deuxième fois. Et si le pilote avait été précis et non violent dans son coup ? Alors le bâton ne se serait pas briser, et aucun bout de bois ne serait rentré dans la chair du garçon. William n'aurait pas été emmener à l'infirmière, jamais il n'aurait demandé à ce que la personne qui le soigne soit une femme et jamais, William se serait retrouvé face à Jennifer Keller. Cette retrouvailles n'avait fait que ravivé des feux éteints depuis longtemps, souvenirs de passion et de désir.

William se redressa et prit doucement Jennifer par les épaules. Le pilote plongea son regard dans le sien et il fit :

Arrêtons ce jeu un instant. Oui, tu vas me dire que j'en suis l'unique participant, mais alors, pourquoi avoir répondu à mon baiser hier ? Je l'ai senti, tu en avais autant envie que moi. Et je sais également que cela n'était pas la chose la plus brillante à faire. Mais je ne nie pas l'avoir voulu. Jennifer, regarde-moi et ose me dire que toi non plus.

Le garçon fit une pause, et un long regard suivit entre les deux jeunes gens. William poursuivit :

Oui, nous ne sommes plus ensemble, et cela pour une raison évidente. Quoiqu'il en soit, mon affection pour toi n'est pas partie du jour au lendemain, et de toi voir n'a fait que l'intensifier. J'aurai aimé que les choses soient différentes Jenny...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Ven 14 Mai - 17:24

    En effet, Jennifer n'était plus telle que William l'avait connu quelques années plus tôt, elle avait perdu cette innocence que le militaire lui avait toujours connu et qu'il avait admiré, elle n'était plus cette femme fragile qui nécessitait qu'on lui tende la main à chaque instant, qu'on la protège... Désormais, Jennifer était une femme indépendante, prudente et savait se défendre en cas de besoins ; les enseignements apportés par Teyla et Ronon avaient été d'une importance cruciale pour la jeune femme, il lui avait permis de s'affranchir et de finalement trouver sa place au sein de cette expédition.

    Elle repoussait William pour diverses raisons ; premièrement, il était un coureur de jupons invétéré et deuxièmement, la doctoresse craignait que l'IOA s'en prenne à lui comme il l'avait fait avec Mackenzie, retrouvée pendue par les bras comme un vulgaire bout de viande sortie de l'abattoir, c'était comme ça et pas autrement. Jennifer n'était pas prête de revenir sur ses décisions, sa rupture avec William et la barrière qu'elle mettait entre lui et elle était, selon la doctoresse, la meilleure chose qu'elle ait faite dernièrement. Pourtant, c'était elle qui avait décidé de frapper à la porte de ses quartiers pour s'excuser, que lui avait-il pris au juste ?

    La doctoresse avait enfin terminé de lui prodiguer les soins, elle s'apprêtait à se lever mais, une pression sur ses épaules l'en empêcha et son regard passa des mains de William à son regard émeraude gardant son masque imperturbable de femme rigide qui ne lui ressemblait guère.


    Citation :
    Arrêtons ce jeu un instant. Oui, tu vas me dire que j'en suis l'unique participant, mais alors, pourquoi avoir répondu à mon baiser hier ? Je l'ai senti, tu en avais autant envie que moi. Et je sais également que cela n'était pas la chose la plus brillante à faire. Mais je ne nie pas l'avoir voulu. Jennifer, regarde-moi et ose me dire que toi non plus. Oui, nous ne sommes plus ensemble, et cela pour une raison évidente. Quoiqu'il en soit, mon affection pour toi n'est pas partie du jour au lendemain, et de te voir n'a fait que l'intensifier. J'aurai aimé que les choses soient différentes Jenny...

    « Oui, j'y ai répondu mais, j'étais fatiguée ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Je suis venue ici pour m'excuser et te soigner, pas pour revenir sur une discussion que l'on a déjà abordé. Les choses ne sont plus comme avant que ce soit sur la Cité ou entre nous, le simple fait d'avoir des amis est dangereux alors imagine un couple... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

William F. Andersen

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2010

¤ Your Character ¤
Age: 32 ans.
Compétences: Major ; Pilote.
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Ven 14 Mai - 19:47

Tu as raison... Tu es peut-être plus raisonnable que je ne l'ai jamais été dans toute ma vie.

*Mais je te parle de sentiments ! Oui, les sentiments sont sources de problèmes, de conflits, mais ils déchaînent tant de passions et de plaisirs inimaginables ! Ma chérie, car oui, je ne cesserai jamais de te chérir, depuis quand n'as-tu pas passé la nuit dans les bras d'un homme ? Soit, ne parlons pas d'amour, parlons d'affection et de tendresse. Pourquoi refuses-tu encore cela ? Car tant de femmes sont passées entre mes mains ? Mais ne vois-tu pas que c'est toi que je veux et pas une autre ? Oh, Jenny, Jenny...*

Telles étaient les pensées du garçons. Le pilote libéra la jeune femme de son emprise et se leva à son tour. Il se dirigea vers la cuisine ouverte, conjointe au salon. Le garçon ouvrit un placard, attrapa un sachet de café, bien noir, et referma la porte du meuble. William mit en marche la cafetière, et glissa le sachet sous le capot au dessus de la machine. Puis il actionna le mécanisme et quelques secondes plus tard, le liquide chaud arrivait dans la tasse que le militaire avait placé en dessous. Le caféine, un de ses péchés mignons.

William se retourna vers Jennifer qui rangeait ses instruments. Il évita de trop s'attarder sur ses courbes fines et fixa une photographie de Robert Doisneau, « Le baiser de l'hôtel de ville ». Bien que le militaire n'était passionné dans l'art, il appréciait les œuvres du photographes français. Will savait reconnaître le talent présent chez les individus. Et certainement celui qu'utilisait la doctoresse maintenant, c'était la totale indifférence. Le jeune homme attrapa la tasse et la porta à ses lèvres. Il but deux gorgées puis s'adressa à Jennifer :

Je t'en propose pas, je sais que tu n'aimes pas ça... Au moins que cela aussi ait changé. Je te... remercie pour tes soins. J'essayerai d'être moins agité dorénavant.

Parlait-il de son attitude envers elle ou de ses déplacements physiques ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Sam 15 Mai - 13:36

    Raisonnable, on ne pouvait pas vraiment dire que Jennifer était raisonnable. Elle savait que ce n'était pas une solution de s'enfermer dans la solitude, que cela ne les protégeraient pas de l'I.O.A éternellement. La doctoresse n'était pas idiote, elle avait compris où William voulait en venir et surtout de quoi il parlait, elle n'était pas devenue insensible à ce point mais, juste assez pour ne pas le mettre en danger, elle préférait de loin lui faire croire qu'elle n'éprouvait plus aucun sentiment pour lui que de lui donner de l'espoir et causer sa perte future. Qui plus est, le pilote était dans une mauvaise posture ; il était contre les taupes de l'I.O.A et comptait bien les démasquer, à ses risques et périls. Dire que cette situation n'inquiétait pas Jennifer serait mentir, elle avait toujours cet angoisse de le voir entrer à l'infirmerie sur un brancard les pieds devant.

    Elle ne put s'empêcher de fermer les yeux en soupirant quand William s'éloigna enfin d'elle, sa présence à ses côtés finissait toujours par la rendre mal à l'aise, aujourd'hui plus qu'avant mais, elle se ressaisit bien vite pour ne pas qu'il la voit en continuant de ranger son matériel médical et en jetant le reste dans la poubelle du militaire.


    Citation :
    Je t'en propose pas, je sais que tu n'aimes pas ça... Au moins que cela aussi ait changé. Je te... remercie pour tes soins. J'essayerai d'être moins agité dorénavant.

    « Les gens changent, je suis devenue accroc figures-toi mais, je viens d'en boire un, merci quand même. C'est mon job, tu n'as pas à me remercier, je l'espère bien que tu arrêteras de t'obstiner à te déplacer. »

    Jennifer s'approcha de la porte des quartiers mais, William lui barrait le passage alors elle fit un mouvement à gauche -visiblement le militaire avait eu la même idée – à droite, rebelote...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

William F. Andersen

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2010

¤ Your Character ¤
Age: 32 ans.
Compétences: Major ; Pilote.
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Sam 15 Mai - 21:17

Le garçon écouta la réponse de Jennifer en posant sa tasse. La jeune femme avait fini de ranger ses affaires et William se rendit près de la porte pour lui ouvrire le passage. Cela fait, Jennifer arrivait, et le pilote s'écarta pour la laisser passer. Or les deux jeunes gens firent la même mouvement, plusieurs fois de suite. A la fin, Will prit une nouvelle fois la doctoresse par les épaules et les fit légèrement tourner, ainsi la jeune femme se trouvait de l'autre côté de la porte. Si William n'avait pas fait cela, peut-être se serait-il tourné autour encore un bon moment. Le jeune homme eut un petit sourire amusé. Mais lors de leur dernière étreinte, le pilote s'est penché vers le visage du Jennifer, mais il n'avait fait que la contourner. Car oui, leur proximité avait encore donné des idées à Will. Mais maintenant les choses étaient claires, et il ne voulait pas blesser Jennifer de quelque manière que se soit. Le jeune homme se passa la main dans les cheveux et s'éclaircit la voix :

Hm, eh bien, travaille bien... Hm, je.. non rien. Aurevoir Jennifer, prend soin de toi.

*Puisque je ne peux pas le faire... Putain, mais qu'est-ce que je dis moi ? Avec mes "hmm" qui veulent rien dire là... crétin va*

Et la porte se referma sur un dernier regard. William revint dans la cuisine et finit de boire son café. Puis il mit la tasse vide dans le lave-vaisselle. Le pilote se rendit sur le balcon adjacent au salon et respira le bon air marin. Quelques minutes plus tard, le jeune homme rentrait dans le salon. William éteignit la XBOX ; le jeune homme n'avait plus envie de jouer maintenant. Il s'allongea sur le canapé où 15 minutes auparavant il s'était tenu. Mais Jennifer devait déja se trouver dans l'infirmerie à présent, à s'occuper de patients... Il poussa un soupir et mit ses mains derrière sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Dim 16 Mai - 1:21

    [HJ : J'écris ça avec un mal de tête donc, j'ai pas relu, j'espère juste que c'est cohérent... Je viens juste de remarquer que, Jennifer vient de sortir des quartiers de William mais, on a fait le sujet dans les quartiers de Jenn... --']

    Jennifer eut un petit sourire malgré elle devant la réaction un peu gauche de William, cela faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas montré aussi mal à l'aise, surtout devant la jeune femme. Il avait fini par prendre leur relation comme un acquis et passait son temps à la séduire, persuadé qu'elle succomberait à ses charmes mais, bien qu'il était incroyablement sexy avec un corps ô combien parfaitement sculpté, la doctoresse avait choisi de réfréner ses envies pour se concentrer sur le plus important ; son métier. Pourtant, elle ne trouvait pas ou plutôt elle ne trouvait plus cela passionnant, surtout depuis que l'IOA avait investi les lieux et qui passaient leur temps à détruire son travail. Bien entendu, Jennifer rêvait d'évasion mais, avait peur de mettre les personnes qu'elle aimait en danger... La jeune femme avait vu tellement d'horreur dernièrement que tout cela l'avait dégoûté, elle n'avait plus envie de rien, avait perdu son sourire et son entrain même envers son travail...

    Finalement, après un dernier sourire, les portes des quartiers de William s'était refermé sur elle et Jennifer s'était immédiatement rendue à l'infirmerie pour y travailler et oublier ce qu'il venait de se passer mais, ses pensées étaient toutes tournées vers les paroles du militaire, très explicites. Finalement, elle avait tord, elle avait tord depuis le début. Mettre sa vie personnelle de côté ne l'aiderait pas à devenir un bon médecin, cela la rendrait froide, asociale comme un diagnosticien très qu'elle avait rencontré et à qui elle s'était jurée de ne jamais ressembler. De même que fuir l'I.O.A était insensé, ils étaient partout, de vrais fantômes et ils pouvaient être n'importe qui, frapper n'importe où. C'est sur cette dernière pensée que Jennifer quitta son service quelques heures plus tard, la nuit venait de s'abattre sur Atlantis, les couloirs étaient calmes et désert. Elle s'apprêtait à rejoindre ses quartiers lorsqu'elle passa près de ceux de William... La doctoresse fut comme aimantée et passa sa main devant le capteur pour indiquer sa présence au militaire afin qu'il lui ouvre la porte. Jennifer attendit un petit moment avant de le voir apparaître, resta un moment silencieuse face à lui, indécise puis, s'approcha sur la pointe des pieds en saisissant son visage entre ses mains et posa enfin ses lèvres sur celles du jeune homme. Au début, elle était censée ne pas s'y attarder mais, Jennifer n'était pas vraiment rassasiée... Cela dit, elle laissa à William le loisir de l'approfondir s'il le souhaitait. La doctoresse n'était pas vraiment concentrée sur la tâche, elle avait les oreilles aux aguets, à l'affût d'un moindre bruit indiquant la présence d'une taupe de l'I.O.A mais, elle ne tenait pas à entrer les quartiers du jeune homme parce qu'elle savait qu'elle n'en sortirait qu'au petit matin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

William F. Andersen

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2010

¤ Your Character ¤
Age: 32 ans.
Compétences: Major ; Pilote.
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Dim 16 Mai - 18:22

Une bonne odeur flottait dans les quartiers du major, celle-ci provenait de la cuisine. Eh oui, William Andersen était en train de cuisiner. Après être rester allongé sur le canapé un long moment, les grognements du ventre du jeune homme avaient tiré le garçon de sa rêverie. Le garçon était en train de se préparer une omelette. Il sortit un petit bol d'un placard, le posa près de la plaque de cuisson, et sortit une boîte d'œufs du frigo. Il en prit trois et un par un, il cassa la coquille contre le rebord du bol, tandis que ce dernier recueillait le jaune d'œuf. Puis Will attrapa une fourchette et mélangea le tout. Une poêle était disposée sur la plaque de cuisson, et le garçon avait répandu de l'huile dedans. Le militaire alluma le gaz, prit un briquer pour que le feu prenne et versa le liquide sur la poêle. Quelques minutes plus tard, le garçon attaquait son omelette un peu baveuse, accompagné de coquillettes. Le major se servit du vin rouge dans le verre devant lui et le porta à ses lèvres. Autant le garçon aimait les alcools forts, il en aimait aussi les plus doux et savoureux. A la fin du dîner, William nettoya la table et mit les couverts dans le lave-vaisselle. Le major n'avait aucune idée de ce qu'il allait faire ce soir. Peut-être allait-il rendre visite à sa chère amie Morgan Sullivan, qui pourrait certainement lui fournir des renseignements sur les agissements de l'IOA. Et le jeune homme pouvait avoir la conscience tranquille, les jerks ne pourront pas le nuire de sitôt, il avait une sorte de "deal" avec Morgan qui les en empêchait. Et puis, cela aurait fait bien gros de s'attaquer à un major, surtout que William était connu dans toute la Cité. Les membres de l'IOA ferait mieux de convertir Will à leur doctrine plutôt que de le mettre hors-service. Mais pas sur que le garçon soit d'accord. Depuis toujours, le jeune homme possédait un grand sens de la loyauté. On pouvait compter sur lui.

Le militaire était à présent dans sa salle de bain, en train de se faire une rapide toilette et un brossage de dents. Il se passa la main dans les cheveux, eut un petit sourire sur le côté, puis se mit à la recherche de son t-shirt. Le major espérait le trouver dans sa chambre quand quelqu'un fut à sa porte. William qui était à plat ventre pour voir si son haut n'était pas sous son lit, se releva doucement. Le garçon n'avait guère envie que ses points sautent à nouveau. Will traversa le salon et passa sa main sur le capteur pour ouvrir la porte.

Ses yeux s'écarquillèrent un instant de surprise. Il ne pensait pas revoir Jennifer de sitôt. Avait-elle oublié un instrument ? Ou peut-être que la jeune femme passait pour voir si la plaie de William ne s'était pas ouverte ? Il allait lui dire qu'il s'était tenu correctement quand Jenn s'approcha de lui et posa ses lèvres sur les siennes. Là, le jeune homme était complètement largué. Le militaire se reprit rapidement, concluant sur ; "l'esprit des femmes". Il posa ses mains sur les épaules de la doctoresse et l'écarta légèrement pour voir son visage. William scruta ses yeux. Oui, elle voulait vraiment l'embrasser. Il n'en fallait pas plus au major qui l'attira à lui. Bon, le militaire n'était pas le plus doux des amants - enfin si, quand il le voulait - il était plutôt connu pour sa force et sa fougue. Après un long baisé passionné, Will leurs lèvres se séparèrent. Le major haletait un peu et un sourire naquit sur son visage.


On ne va pas rester à l'entrée, non... ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Dim 16 Mai - 22:20

    Quand William l'avait pris par les épaules pour l'éloigner un peu de lui, Jennifer lui avait opposé une résistance d'ours en peluche, lui offrant une moue gênée mais, un regard emprunt d'envie. La jeune femme pinça les lèvres et plongea ses yeux dans ceux de William pour lui faire comprendre que cette fois-ci, elle n'avait pas la force de le repousser, qu'elle en avait autant envie que lui et la réponse de ce dernier ne se fit pas vraiment attendre. Le Major sauta sur l'occasion sûrement par peur qu'elle change d'avis ou qu'elle le rejette une fois encore mais, lorsqu'il l'embrassait, Jennifer n'arrivait jamais à lui opposer une résistance. Cependant, elle ne put retenir un petit gémissement de surprise étouffé par ses lèvres contre les siennes, William ne faisait pas la dentelle mais, la doctoresse avait bien besoin de cela et ferma les yeux, se laissant complètement aller à ce baiser passionné auquel elle répondit de manière beaucoup plus délicate, passant une main sur la nuque de William ne serait-ce que pour ressentir un frisson qui stimulerait sa peau, comme au bon vieux temps. C'était comme s'il ne s'était jamais quitté, tout ce que Jennifer avait enfoui profondément en elle avait refait surface comme l'irruption d'un volcan... Chassez le naturel et il revient au galop !

    Lorsqu'ils se séparèrent, la doctoresse eut un peu de mal à se « reconnecter », sa respiration était légèrement saccadée et un sourire flottait sur ses lèvres fines. Pfiouuu, William embrassait toujours aussi bien et avec autant de fougue de la première fois. Elle comprenait à présent pourquoi certaines de ses infirmières étaient déçues d'apprendre qu'il n'irait pas plus loin avec elles et Jennifer savait qu'elle ne ferait pas exception à cette règle ; ou alors peut-être que si... Honnêtement, William était difficile à cerner ces derniers-temps, elle ne le reconnaissait plus autant qu'il ne la reconnaissait plus, tous deux avaient changé mais, c'était un moyen de se redécouvrir.

    Citation :
    On ne va pas rester à l'entrée, non... ?

    *Ne rentres pas, ne rentres pas
    -Vas-y, Jennifer !
    -NON !*

    Trop tard, l'envie l'emporta sur la sagesse et le débat de conscience ne dura pas vraiment longtemps parce que sa tête lui disait non mais, son cœur et le reste de son corps trahissaient son désir. Elle voulait passait du temps avec lui, comme au bon vieux temps. Jennifer acquiesça, un sourire peint sur le visage et fit un pas à l'intérieur des quartiers du militaire, restant sage, observant les portes se refermer d'un air pensif et un peu perdu... Qu'était-elle en train de faire ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

William F. Andersen

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 25/04/2010

¤ Your Character ¤
Age: 32 ans.
Compétences: Major ; Pilote.
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Mar 18 Mai - 18:31

[HS: Réponse rédigée en cours de physique-chimie... Wink]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Jennifer Keller

Nombre de messages : 61
Age : 28
Date d'inscription : 11/10/2008

¤ Your Character ¤
Age:
Compétences:
« Relationships »:


MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   Mar 18 Mai - 22:13

    [Le cours de physique-chimie en plus xD]

    C'était comme si l'esprit de Jennifer avait quitté cette enveloppe qu'on appelait le corps et qui répondait favorable aux délicatesses de William. Il faisait preuve d'une telle passion à son égard que c'était comme s'ils n'avaient jamais rompu, comme s'ils ne s'étaient jamais quittés tous les deux alors que la rupture n'avait pas vraiment été des plus tendres. Enfin, il n'y avait pas eu de perte ni fracas, il n'y avait pas de disputes, ils s'étaient quittés en bon terme dans un sens mais, tout de même avec un certain regret qui était plus flagrant chez William que chez Jennifer. Au départ, la doctoresse avait préféré mettre ça sur le fait que le jeune homme avec un égo un peu démesuré et qu'elle l'avait blessé non seulement en lui donnant du fil à retordre mais, aussi en le repoussant deux ans après en prétextant aimer son travail plus que lui. La doctoresse poussa quelques soupirs de bien-être, elle s'était toujours senti à l'aise et en sécurité auprès de lui mais, tout cela allait un peu trop vite à son goût et c'est ce pourquoi elle lui répondait de façon un peu trop distraite voire même apeurée. Une partie d'elle avait envie de toutes ces choses mais, une autre trouvait cela un peu trop prématuré, ils venaient de se retrouver et cela allait déjà se passer au lit... Elle n'eut pas vraiment le temps de le repousser que ses lèvres capturèrent de nouveau les siennes et Jennifer poussa un soupir de surprise cette fois-ci avant de le repousser de manière ferme mais, douce à la fois.

    « Tu ne penses pas que ça va trop vite ? … Bien sûr que non tu ne le penses pas mais, pour moi, ça va trop vite. Je sais ce que tu vas me dire... Que c'est moi qui est venu te voir mais, je n'étais pas venu pour ça... Du moins, pas maintenant... Je ne sais plus où j'en suis et je ne sais plus ce que je dois faire. »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Jennifer Keller's Quarters   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jennifer Keller's Quarters

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jennifer Keller... Vivre pour soigner, tel est mon métier même si c'est dur...
» [coupable][escroquerie] Jennifer 17/06/1456 SAINTES
» Mademoiselle Smee || Jennifer Morrison || LIBRE
» Gotan Project revisite le Tango
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond The Gate :: « Atlantis » :: 
▪ Quarters
-